L'Afrique que on veut

BURUNDI : Les Discours Désorientants Entre les Leaders d’Opinion, un Danger Pour la .

Les discours déroutants ou désorientant entre les leaders d’opinion sur un sujet donné peuvent être dangereux pour une communauté. Des violences peuvent s’éclater entre les composantes d’une population qui ont deux messages contradictoires sur un même sujet, selon Rémy Havyarimana, coordinateur de la Maison Lueur d’Espoir.

« Les leaders doivent comprendre qu’ils représentent la population. A ce titre, ils devraient décider en lieu et place de ceux qui les ont mandatés »

Lorsque les leaders d’opinion commencent à diverger sur des sujets importants, cruciaux pour la population, c’est un signe qu’il n’y a plus d’entente entre ces leaders, explique Rémy Havyarimana, coordinateur de la Maison Lueur d’Espoir qui intervient dans la résolution pacifique des conflits. « C’est une preuve suffisante que le cadre de dialogue, de réunion qui devrait caractériser ces leaders n’est plus propice pour les décisions. Cela veut dire qu’ils se réunissent, mais ne convergent plus », ajoute-t-il tout en précisant que comme ils ne parviennent pas à se convaincre mutuellement, chacun sort de ce cadre et va essayer de convaincre ses adeptes, ceux qui l’ont élu.

Pour le coordinateur national de la Maison Lueur d’Espoir, lorsque ces leaders sentent qu’ils ne peuvent plus se faire entendre au niveau décisionnel, qu’ils ne peuvent plus convaincre, ils vont chercher les convictions, les soutiens à l’extérieur des cercles de décisions. Ils veulent que les décisions soient imposées par une démonstration de force. On quitte le terrain décisionnel de bureau et on va sur le terrain pour les gens qui les avaient mandatés pour le faire .

« Les leaders doivent comprendre qu’ils représentent la population. A ce titre, ils devraient décider en lieu et place de ceux qui les ont mandatés ».

Des violences peuvent éclater
Pour Rémy Havyarimana, si de tels cas surgissent, cela pourrait poser des problèmes très sérieux dans la société. A ce moment, les récepteurs de ces discours divergents ont peur parce qu’ils ont l’impression que leurs leaders ne sont pas en train de s’entendre. Les décisions qu’ils prennent peuvent cette fois-ci ne plus être consensuelles ou collectives, mais plutôt individuelles. « Lorsque les adeptes entendent des discours qui ne sont pas convergents sortir de la bouche de leurs leaders, pour les pays qui ne sont pas assez mûrs en critiques, la première réaction de la population est de dire : mon leader s’est prononcé, je dois suivre ».

Quand 3 cas divergents prennent des positions comme cela, vous comprenez que c’est dangereux. Les leaders d’opinion n’en viennent pas aux mains, mais ceux qui les écoutent peuvent facilement le faire. A ce moment, la tension monte, la violence commence et la crise s’installe.

Que doit être l’attitude des récepteurs de ces langages désorientants ?
Rémy Havyarimana fait savoir que généralement les leaders d’opinion connaissent le niveau d’instruction de la population qui les écoutent.

C’est pour cette raison qu’ils exploitent facilement ce cadre. « La population devrait se dire : nous vous avons donné la latitude de prendre des décisions à notre place ; vous devrez le faire. C’est vous qui connaissez mieux les règles du jeu, vous devrez les appliquer. Ne nous remettez pas les tabliers tout en restant dans vos postes. Si vous ne l’avez pas fait, quitter pour que les autres viennent vous remplacer. Malheureusement, dans des situations pareilles, comme dans le cas du Burundi, on n’y est pas encore », déplore Havyarimana. Pour lui, la population devrait analyser les versions de tous les leaders qui prennent des décisions. De cela, elle doit déceler là où il y a des manquements. Cette fois-ci c’est à la population de conseiller ces leaders pour qu’ils s’entendent.

Le coordinateur de la maison Lueur d’Espoir indique que les leaders doivent comprendre qu’ils occupent des positions qui, hier, étaient occupées par d’autres et qui certainement demain seront occupés par d’autres personnes. Qu’ils se souviennent qu’ils représentent la population.

A ce titre, ils devraient décider en lieu et place de ceux qui les ont mandatés. Avant de prendre des décisions, les leaders devraient consulter les bénéficiaires. Ils devraient donner l’opportunité à ceux les ont mandatés de les conseiller même sur des décisions difficiles.

Auteur: MANZI
9

0 Commentaires

Laissez un commentaire

RwandaPodium © All Rights Reserved. Powered by thesublime.rw