L'Afrique que on veut

RDC : Les Evêques congolais ne devraient-ils pas rencontrer les rebelles avant la visite du .

À quelques semaines de la visite en RDC du pape François, pourquoi pas une rencontre des évêques congolais et ceux de la région avec les rebelles pour mieux comprendre leurs préoccupations au lieu de se fier aux discours politiques à dormir débout. Par un membre de l’Eglise

Alors que les habitants de la République démocratique du Congo se préparent à la visite du pape François du 2 au 5 juillet prochains, des actes d’extrême violence, « visant à priver le peuple d’un moment de joie associé à la visite, se multiplient », alertent les évêques du pays.

Aux habitants de Goma, l’une des villes que François visitera et où les combats se poursuivent dans la région, les évêques ont lancé un appel à ne pas céder à la panique, mais à se mobiliser pour accueillir le Saint Père avec dignité. Le thème de son voyage est « Tous réconciliés en Jésus-Christ ».

Ce bon thème du voyage du Pape, ne colle pas avec la réalité du pays et surtout de celle de la population de la région. En effet, selon l’ONU, les récents combats entre les rebelles et l’armée ont forcé près de 100.000 personnes à quitter leur foyer.

A travers une déclaration faite à Kinshasa, les évêques catholiques de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) condamnent la violence des combats actuels qui surviennent à peine un mois après la signature d’un nouvel accord de paix entre les groupes rebelles et les gouvernements régionaux à Nairobi, au Kenya.

Pourquoi les évêques, avec leur leadership moral, ne prennent-ils pas le taureau par les cornes et descendent sur le terrain en personne ? Il faudrait que les pasteurs prennent leur bâton de pasteur, qu’ils fixent le rendez-vous avec les rebelles pour écouter leurs préoccupations et doléances. N’ont-ils pas vu ce qui s’est passé au Rwanda, où les chrétiens ont tué d’autres chrétiens, en utilisant les églises comme boucheries, sous l’instigation de certains prêtres, voire de certains évêques ? Ne faudrait-il pas prévoir au lieu de rester dans l’attentisme ?

On voit que les évêques congolais s’intéressent aux élections politiques et leur Ceni, source de division et de frustration. Toutes ces procédures inadaptées à l’Afrique, qui nous viennent de l’Occident et qui rendent les africains plus conflictuels que démocrates. Pourtant ces évêques ontune bonne expééience, car ils sont des leaders incontestés et incontestables, très souvent bien appréciés, alors qu’ils n’ont pas été ééus, ni désignés ni intronisés selon la démocratie à l’occidental. Tantons et testons des nouvelles formules à nous !

Nos évêques ont-ils encore la foi ? Certes oui ! Après une grosse prière, qu’ils mettent leurs mitres, prennent leurs crosses, et qu’ils aillent à la rencontre des rebelles, ceux de bonne volonté, pour les écouter, échanger, se comprendre, et faire de part et d’autre un apprentissage à travers une autre sorte de dialogue, un dialogue qui n’est pas politique, mais un dialogue qui prend source dans le « ubuntu ».

Dans les années soixante en RDC, dire à quelqu’un qu’il faisait de la politique, cela voulait dire qu’il est en train de mentir. Je ne demande pas aux évêques congolais de faire la politique, surtout pas. Je leur demande tout simplement d’étaler leur « ubumuntu » avec largesse et qu’ils sortent de leur confort, et qu’ils aillent au-delà de leurs palais et forteresses. Qu’ils aillent réveiller « ubumuntu » au sein du peuple qui en a soif et Dieu sait combien ce peuple en est grand demandeur.
Le Saint Esprit fera le reste !

Auteur: MANZI
11

0 Commentaires

Laissez un commentaire

RwandaPodium © All Rights Reserved. Powered by thesublime.rw