L'Afrique que on veut

ANGLICANISME : La rupture interne est consommée

La décision de l “Eglise d’Angleterre” – nom donné à l’Eglise anglicane au Royaume-Uni – de bénir les unions entre personnes du même sexe a produit un schisme dans la Communion anglicane mondiale. Par FSSPX.News

Vue sur la quatrième GAFCON

Une réunion internationale des principaux dirigeants anglicans non britanniques, tenue au Rwanda, a qualifié cette décision de « pastoralement trompeuse et blasphématoire ».

Les responsables présents à cette réunion ont entériné leur rupture avec l’archevêque de Canterbury, Justin Welby, et l’ont appelé, ainsi que l’Eglise d’Angleterre, à se repentir de sa décision. La réunion, tenue à Kigali du 17 au 21 avril, a rassemblé 1 302 délégués de 52 pays, dont 315 évêques, 456 membres du clergé et 531 laïcs. Sa déclaration finale a été dénommée « Engagement de Kigali ».

« Malgré 25 ans d’avertissements persistants de la part de la plupart des Primats anglicans, des écarts répétés par rapport à l’autorité de la Parole de Dieu ont déchiré le tissu de la Communion. Ces avertissements ont été ignorés de manière flagrante et délibérée et maintenant, sans repentance, cette déchirure ne peut être réparée », a déclaré la quatrième Global Anglican Future Conference (GAFCON) de la World Fellowship of Confessing Anglicans (WFCA) dans un communiqué du 21 avril.

En février dernier, le synode général de l’Eglise d’Angleterre avait voté en faveur de la bénédiction des couples de même sexe. La déclaration de la GAFCON qualifie cette décision de « nouvelle entorse » à l’autorité biblique qui nuit à la Communion anglicane.

« Le Saint-Esprit et nous-mêmes sommes attristés par le fait que les dirigeants de l’Eglise d’Angleterre soient déterminés à bénir le péché », ont-ils déclaré. « Puisque le Seigneur ne bénit pas les unions homosexuelles, il est pastoralement trompeur et blasphématoire d’élaborer des prières qui invoquent la bénédiction au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » ont-ils expliqué.

Le communiqué estime que « les déclarations publiques de l’archevêque de Canterbury en faveur des bénédictions homosexuelles constituent une trahison ». Les propos du primat anglican vont également à l’encontre d’une résolution de la conférence de Lambeth de 1998, qui déclarait « la pratique homosexuelle incompatible avec les Ecritures ».

La déclaration indique encore que les archevêques de Canterbury successifs ont « échoué à garder la foi en invitant à Lambeth des évêques qui ont embrassé ou promu des pratiques contraires à l’Ecriture ». La conférence GAFCON a déclaré que cela « rend son rôle de leader dans la Communion anglicane totalement indéfendable ».

Les dirigeants de l’Eglise d’Angleterre doivent se repentir de leurs actions
« Nous attendons ce repentir avec impatience, mais tant qu’ils ne se repentiront pas, notre communion avec eux restera rompue », a ajouté la conférence, car « ceux qui refusent de se repentir ont abdiqué leur droit à la direction au sein de la Communion anglicane ».

Les primats des principales Eglises du GAFCON ont été rejoints par les primats de la Communauté mondiale des Eglises anglicanes du Sud (GSFA). Selon la déclaration de Kigali, ces dirigeants anglicans représentaient ensemble environ 85 % des anglicans dans le monde. La GSFA est présidée par l’archevêque Justin Badi Arama, primat du Sud-Soudan.

« Les primats du GSFA et du GAFCON partagent le point de vue selon lequel, en raison des déviations exposées ci-dessus, ils ne peuvent plus reconnaître l’archevêque de Canterbury comme l’instrument de communion », indique la déclaration du GAFCON.

Le schisme intra-anglican est donc pour l’heure consommé, ce qui n’est pas une surprise. Il y a quelque chose de « sain » dans cette rupture qui se fait contre la reconnaissance des unions homosexuelles et la possibilité de les bénir. Et il faut remarquer que c’est le continent africain qui est le moteur de la défense de ce point de morale.

Auteur: MANZI
54

0 Commentaires

Laissez un commentaire

RwandaPodium © All Rights Reserved. Powered by thesublime.rw