L'Afrique que on veut

GENOCIDE CONTRE LES TUTSI : Les militants renouvellent leur appel à restituer les archives .

Il faut rappeler à l’ONU que tout ce qui concerne le génocide contre les Tutsi appartient au Rwanda et à son peuple. Et le TPIR a été une demande première du gouvernement du Rwanda dès que seul il a mis fin à ce génocide. Nous refusons le pillage de l’Afrique d’une autre époque.

Ceci est arrivé à cause de l’ONU et ses membres qui n’ont pas fait leur devoir et qui ont ignoré la Convention contre le génocide que leurs pays ont ratifié.

Suite à la nomination du nouveau président du Mécanisme international résiduel pour les tribunaux pénaux (IRMCT), les militants ont renouvelé leur appel à apporter au Rwanda les archives physiques du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

L’IRMCT a repris le travail du TPIR, qui a été créé par le Conseil de sécurité de l’ONU pour juger les cerveaux du génocide de 1994 contre les Tutsi.

Le secrétaire général de l’ONU a nommé lundi 27 juin la juge Graciela Gatti Santana, de l’Uruguay, nouvelle présidente du Mécanisme, en remplacement de Carmel Agius qui dirige le tribunal depuis 2019.

Bien que le Conseil de sécurité ait suggéré de prélever et de numériser les archives pour les rendre accessibles à tous, y compris ceux au Rwanda, des appels demeurent pour que les archives physiques soient transférées au Rwanda.

Actuellement, les archives sont conservées dans une installation située à Arusha, en Tanzanie, près de l’ancien siège du TPIR.

Jean Damascene Ndabirora Kalinda, universitaire spécialisé dans la justice pénale internationale et les droits de l’homme, affirme que bien que le Conseil de sécurité ait opté pour la numérisation, il n’est pas trop tard pour rapatrier les archives physiques au Rwanda, affirmant qu’il existe de nombreuses raisons de soutenir cette poussée.

« Le temps résout beaucoup de choses ; à un moment donné, nous ne nous attendions pas à ce que les archives soient numérisées pour que nous y ayons accès. Le MICT ne restera peut-être jamais éternellement et le moment de le fermer viendra, qui sait, peut-être une décision seront prises pour transférer les archives du TPIR au Rwanda », Kalinda.

« Les témoins protégés sont parmi nous »

Pendant longtemps, le Rwanda a fait pression pour le transfert des archives du TPIR au Rwanda, mais les Nations Unies insistent sur le fait que la raison de ne pas transférer les archives au Rwanda est qu’elles contiennent tous les détails des témoins protégés qui ont témoigné pendant le procès.

Ces témoins protégés sont des témoins à charge, dont la majorité sont des survivants du génocide de 1994 contre les Tutsi.

Cependant, Kalinda, qui est aussi une rescapée du génocide, n’est pas d’accord avec la position de l’ONU.

« Nous avons rencontré le président sortant du MICT, Agius, le lundi 27 juin, et avons redisposé notre besoin d’avoir les archives à la maison. Ces témoins protégés sont parmi nous, en fait, c’est nous qui les protégeons. l’ONU les protège que nous ? »

« Notre histoire et ses archives jouent un grand rôle dans notre réconciliation et les archives du TPIR font partie de nos archives historiques, c’est pourquoi nous en avons besoin ici », a déclaré Kalinda.

Les archives du TPIR contiennent un nombre stupéfiant de 4 km de documents. Au cœur des archives se trouvent les dépositions des témoins, qui constituaient la principale base de preuves au TPIR.

Compte tenu de l’histoire du tribunal, cela totalise 26 000 heures de témoignages, produits par 3 200 témoins au cours de 6 000 jours de procès. En plus de cela, des milliers de pièces ont été déposées dans les archives, ainsi que les innombrables dossiers de requêtes, correspondances, décisions, rapports stratégiques et autres documents administratifs.

Une partie de l’histoire du Rwanda

Plusieurs experts partagent la position selon laquelle les archives font partie de l’histoire du Rwanda et seraient plus utiles si elles se trouvaient au Rwanda.

S’exprimant lors d’un récent symposium en ligne organisé sous le nom ; ‘Le tribunal oublié : les leçons et l’héritage du Tribunal pénal international pour le Rwanda’, le procureur principal du procès de Theoneste Bagosora et de sa co-accusée, Barbara Mulvaney, a exprimé sa déception que les archives ne soient pas au Rwanda.

Elle pense qu’ils donneraient aux survivants une certaine fermeture s’ils apprenaient comment les membres de leur famille se sont retrouvés.

« Je pense très fortement que les archives auraient dû être transférées au Rwanda et c’est une vraie déception. C’est leur histoire, je veux dire le genre de détails que nous avons sur la mort du premier ministre (Agatha Uwiringiyimana) sur ce qui s’est passé le ces nuits. C’est l’histoire du Rwanda et c’est l’histoire du peuple. Ils devraient en être propriétaires », a déclaré Mulvaney.

Elle a ajouté : « C’est comme si nous avions des détails sur l’endroit où les gens ont été tués, où ils se trouvaient si les gens les cherchaient. Les gens voudraient savoir où leurs familles se sont retrouvées et ce qui s’est passé et des choses comme ça que nous avons dans les archives. Nous avoir des informations détaillées à ce sujet et quand j’ai quitté le tribunal, nous avions des classeurs sur chaque témoin que nous avions. »

Mulvaney a déclaré qu’après la fin des procès, elle a parlé à la plupart des témoins protégés en leur demandant s’ils feraient rendre leurs témoignages publics, « la plupart d’entre eux ont dit oui. Si la défense avait accès à nos témoins protégés, alors le Rwanda devrait également l’avoir. Il est temps de déplacer les archives vers les personnes qui ont été touchées. »

Le premier porte-parole officiel de la Cour pénale internationale à La Haye, Ernest Sagaga, qui dirige actuellement le Département des droits de l’homme et de la sécurité à la Fédération internationale des journalistes, a déclaré que si le TPIR veut laisser un héritage, la communauté internationale devrait financer le création des archives au Rwanda.

Auteur: MANZI
9

0 Commentaires

Laissez un commentaire

RwandaPodium © All Rights Reserved. Powered by thesublime.rw