L'Afrique que on veut

« METOO » : 5 Ans Après, Une Nouvelle Grammaire Des Relations Femmes-Hommes

Depuis 5 ans, le mouvement contre les violences sexistes et sexuelles #MeToo a contribué à inaugurer de nouvelles relations entre les femmes et les hommes. Plus respectueuses, moins toxiques, celles-ci évolueraient sous un jour nouveau. Avec Irène Théry, sociologue.

Les messages #Moi aussi et #Balancetonporc sur la main d’une manifestante lors d’une action contre les violences sexistes et sexuelles à Paris en octobre 2017 ©AFP - BERTRAND GUAY

Les Matins reçoivent la sociologue Irène Théry, spécialisée dans la sociologie du droit, de la famille et de la vie privée, directrice d’étude à l’EHESS et autrice de Moi aussi, la nouvelle civilité sexuelle (Editions du Seuil, 2022).

Le mouvement #Metoo, une évolution et une révolution

Pour Irène Théry, Metoo s’inscrit dans la continuité des questions des violences sexuelles et du consentement que soulevaient les féministes des années 1970 : « il s’agit d’une nouvelle étape. Les jeunes générations prennent en charge des questions que la génération 70 n’a pas pris en compte, il y a un changement qualitatif du débat » qui vise à recomposer les règles sociales en matière de relations interpersonnelles et sexuelles.

Donner de l’importance à la parole

La question de la prise parole est centrale, souligne la sociologue, même si elle est difficile : « tous ceux qui voient dans cette libération de la parole une sorte de mouvement où on se lâche, n’ont aucune idée de ce que cela représente pour les victimes, qu’elles soient des hommes, des femmes, des enfants, de livrer publiquement le récit d’une violence sexuelle qu’on a subie. » Les témoignages personnels, les uns après les autres, permettent de transformer « la question individuelle qui était renvoyée souvent à l’ordre de l’intime en grande question sociale et politique », insiste Irène Théry.

Une démarche que la sociologue expérimente dans son ouvrage Moi aussi, la nouvelle civilité sexuelle (Editions du Seuil, 2022). Alors que le « déclic » lui est venu de « la façon dont la parole des femmes est prise en compte aujourd’hui« Irène Théry raconte, en tête de chacun des chapitres, son »expérience d’être une femme qui éprouve, pendant une carrière entière, la façon dont il est encore difficile de s’exprimer et d’être respectée, que votre parole ne soit pas victime de la condescendance masculine, cette forme masculine de la bêtise ».

Une voie ouverte par « Metoo » qu’il faut poursuivre

Le mouvement Metoo a ouvert une voie dont il faut continuer de creuser toutes les dimensions explique la directrice d’étude à l’EHESS. Cette dernière, en s’appuyant sur l’exemple de l’industrie du porno, souligne que « la dimension sociale de - metoo - est un grand sujet qui est encore devant nous ». Pour Irène Théry, « cinq ans après Metoo, personne n’oserait sous-estimer ce qui est apparu, un continent de d’agressions, de harcèlement et de violences sexuelles est apparu. Personne ne peut nier cela même si la parole des femmes qui ont subi des agressions, une fois adultes, reste encore très difficile à entendre. »

Auteur: MANZI
7

0 Commentaires

Laissez un commentaire

RwandaPodium © All Rights Reserved. Powered by thesublime.rw