L'Afrique que on veut

RDC : François Beya Ancien Chef de Sécurité de Tshisekedi Evacué à Paris.

Accompagné de son médecin traitant, François Beya, a embarqué à bord d’un « Falcon 900 » médicalisé à l’aéroport international de N’djili, destination Paris, évacué pour des raisons d’urgence médicale, avec l’autorisation de Tshisekedi.

En liberté provisoire depuis le mardi 16 août, François Beya, l’ancien « monsieur sécurité » du président congolais, et « Fantomas » pour certains, est poursuivi pour « complot » contre le président Félix Tshisekedi, mais pour raisons de santé il s’est envolé pour Paris, où il doit se faire soigner avant de poursuivre son procès.

Il avait été présenté devant la Haute cour militaire de Kinshasa qui le juge avec trois colonels de l’armée et de la police aux côtés de son assistant. La décrispation dans cette affaire est intervenue après six mois de détention, deux mois de procès et une récusation des juges.

Le transfert a été réalisé discrètement à 16h, vendredi 19 août. Accompagné de son médecin traitant congolais, François Beya, a embarqué à bord d’un Falcon 900 médicalisé à l’aéroport international de N’djili. Le jet est arrivé avec deux urgentistes français. Pour effectuer ce séjour médical, l’ancien « monsieur sécurité » de la présidence a d’abord obtenu, mercredi 17 août, le feu vert de la Haute cour militaire, selon une source judiciaire.

Deux autorisations

Il a ensuite recueilli deux autorisations de la présidence de la République : une pour son jet et une autorisation de sortie du territoire pour lui, en tant que conseiller spécial du chef de l’État en matière de sécurité. En dépit de son inculpation, l’ordonnance de sa nomination n’aurait pas encore été abrogée, il jouirait donc encore de certains privilèges, d’après un membre de l’entourage du Président.

L’ex-super flic séjournera plusieurs semaines à Paris, après y avoir manqué un rendez-vous médical au mois de mars, alors qu’il était en détention à l’Agence nationale des renseignements. Depuis sa disgrâce, ses fonctions ont été réparties entre son jeune intérimaire et le chef de l’ANR dont François Beya s’estime être le prisonnier personnel.

Retour à Kinshasa

À l’issue de ce séjour médical, François Beya devrait ensuite rentrer à Kinshasa pour la suite de son procès devant la Haute cour militaire, qui le juge aux côtés de son assistant et trois colonels de l’armée et de la police. Le complot dont il est accusé porterait notamment sur la rétention de certaines informations, cachées au président, et des liens qu’il entretient avec l’ex-président Joseph Kabila ainsi que certains anciens caciques de son régime. L’inculpé a plaidé non coupable, estimant faire l’objet d’une cabale.

François Beya a travaillé pour les trois précédents régimes dont celui de Joseph Kabila qui l’avait nommé directeur général des migrations entre 2001 et 2019. Le complot présumé contre Tshisekedi porte entre autres sur la rétention de certaines informations au Président et des liens qu’il entretient avec l’ex-Président Joseph Kabila et certains anciens caciques de son régime. L’accusé a plaidé non coupable, estimant faire l’objet d’une cabale.

Selon d’autres sources, le Falcon900, jet médicalisé serait affrété par Denis Sassou Nguesso, qui aurait plaidé au près de Tshisekedi, d’accorder à François Beya, une libération provisoire pour des raisons humanitaires à partir du 16 août 2022. L’adresse bien fournie de Beya, aurait permis à d’autres chefs d’Etat d’intervenir.

Espérons à son retour, sinon il sera une épine dans le pied de Tshisekedi.

Auteur: MANZI
15

0 Commentaires

Laissez un commentaire

RwandaPodium © All Rights Reserved. Powered by thesublime.rw