L'Afrique que on veut

ADDIS-ABEBA – TIGRE : L’Union Africaine Invite les Belligérants à Discuter en Afrique du .

Peut-être un espoir pour des pourparlers de paix entre le gouvernement éthiopien et les autorités du Tigré, alors que les combats font rage depuis le 24 août. L’UA a officiellement convié les belligérants à des discussions en Afrique du Sud le samedi 8 octobre.

Siège de l’Union africaine à Addis-Abeba.

La proposition de l’Union africaine (UA) a été formulée dans une lettre du président de la Commission, Moussa Faki Mahamat, datée du 1er octobre. Cette lettre convie le gouvernement fédéral d’Addis-Abeba et le gouvernement régional du Tigré à des « pourparlers de paix » en Afrique du Sud à compter du 8 octobre.

Des pourparlers, dit la lettre, « facilités » par le médiateur de l’UA, l’ancien président nigérian Olusegun Obasanjo, « avec le soutien » du médiateur kényan Uhuru Kenyatta et de l’ancienne vice-présidente sud-africaine Phumzile Mlambo-Ngcuka. L’objectif est de « délibérer » sur le cadre dans lequel pourrait être atteinte « une résolution durable du conflit », dit la lettre. Une formulation prudente et très diplomatique, donc.

Les deux parties semblent prêtes à discuter

Le gouvernement éthiopien, par la voix de son conseiller à la sécurité nationale Redwan Hussein, a d’ores et déjà « accepté » la proposition. Quant à la partie tigréenne, elle n’a pas encore formellement répondu. Le média appartenant au parti au pouvoir dans le Tigré s’est contenté de rappeler que les autorités de Mekele avaient dit, le 11 septembre, qu’elles participeraient au processus de paix conduit par l’UA et qu’elles avaient déjà nommé une équipe de négociateurs à cette fin.

Le Dr Debretsion Gebremichael a réagi mercredi soir. Le président du gouvernement régional du Tigré indique sur Twitter que les autorités tigréennes sont prêtes à participer aux discussions. « Nous sommes attachés à une résolution pacifique du conflit », écrit-il. Mais c’est une acceptation que l’on peut qualifier de prudente.

Les autorités tigréennes demandent des précisions sur les participants invités en Afrique du Sud, sur le rôle qu’entend jouer la communauté internationale, sur les mesures prévues pour le trajet et la sécurité de l’équipe de négociateurs tigréens. Et sur la position du président de la Commission de l’Union africaine quant à l’arrêt des violences sur le terrain.

Auteur: MANZI
17

0 Commentaires

Laissez un commentaire

RwandaPodium © All Rights Reserved. Powered by thesublime.rw