L'Afrique que on veut

BELGIQUE : Commission Belge sur le Passé colonial de la Belgique : un Jeu des .

Cinq députés membres de la commission spéciale de la Chambre qui se penche sur le passé colonial de la Belgique séjournent depuis mercredi à Kinshasa, la capitale de la RDC. Ils se rendront ensuite au Rwanda en passant par le Burundi la semaine prochaine pour une visite de travail de consultations avec de nombreux acteurs sur le passé colonial de la Belgique.

En RDC, les députés se sont ainsi entretenus jeudi avec le ministre congolais des Affaires étrangères, Christophe Lutundula Apala Pen’Apala, et des parlementaires congolais. Ils doivent également rencontrer des entreprises belges en RDC et ayant des racines remontant au passé colonial (1908-1960), des ONG et des associations de métis ainsi que des acteurs de la coopération belge au développement.

Ces députés belges se rendront ensuite au Burundi du 5 au 7 septembre et clôtureront leur mission au Rwanda où ils y seront du 8 et 9 septembre.

Les députés belges pensent que c’est « Une question de respect élémentaire ».

« Une visite de travail sur place est une question de respect élémentaire », a souligné Wouter De Vriendt dans une déclaration à l’agence Belga. « Il est logique que la reconnaissance du passé colonial et la recherche de la relance et de la réconciliation se fassent dans le dialogue avec les pays concernés. Traiter cela uniquement en Belgique témoignerait de paternalisme et nous voulons précisément éviter cela. Un processus d’interaction et de dialogue est crucial et aussi important que le résultat lui-même », a ajouté le député écologiste flamand.

Et pourtant c’est un jeu des dupes

Cet exercice belge, ressemble plutôt à une bouée pour sonder les opinions des anciens colonisés enfin de mesurer jusqu’où vont leurs opinions ou ce qui en reste, de l’impact positif et négatif de la colonisation. Malheureusement il n’en reste pas beaucoup de personnes qui se sont frotté directement au système colonial et qui ont eu à affronter le colon en personne. Mais les séquelles de la colonisation sont toujours présentes et le gouvernement belge voudrait mesurer son ampleur.

Même si la Belgique était franche et de bonne volonté, il ne lui appartient pas d’initier une telle démarche, sauf celle de demander pardon suivie d’une indemnisation en bonne et due forme. En effet il n’est pas normal qu’un pays envahisseur, pilleur, génocidaire des hommes et des cultures prenne une telle initiative et la pilote à la place et au nom des victimes concernées. Nulle part on demande au criminel d’organiser une réflexion sur ses agissements et leurs conséquences, Et que dans cette démarche, qu’il soit le seul maître pilote de tout le processus, à faire le choix de ses interlocuteurs des colonies, et de conduire toute la méthodologie et les conclusions qui en sortiront.

Pour que la démarche soit juste et équitable, il appartient aux pays victimes d’organiser -mêmes la démarche et d’en tirer les conclusions en toute indépendance, sans aucune influence externe.

Il serait également équitable que le pays colonisateur organise sa propre commission indépendante qui ensuite pourrait échanger avec les autres commissions des pays victimes de la colonisation. Les trois pays de l’Afrique ont chacun vécu la colonisation différemment, bien que le style colonial soit le même.

Quelle devrait être la position du Rwanda

Le Rwanda devrait faire une commission complètement indépendante et qui n’a rien à voir avec la commission belge. Cette commission pourrait s’occuper de deux points suivants :

L’impact colonial sur le Rwanda et le rwandais

o Invasion d’un pays indépendant et ses conséquences
o Les guerres tribales européennes imposées au Rwanda et ses conséquences
o Le pillage économique
o La corvée et les pillages des biens familiaux
o La perte de l’équilibre social de la socité rwandaise et ses institutions
o La destruction de la culture
o Le nettoyage ethnique qui a aboutit au génocide
o Les assassinats de leaders rwandais
o L’imposition du néocolonialisme et ses conséquences

L’indemnisation matérielle et morale

Le jeu de reconnaître les faits et d’en rester là n’a aucun sens dans ce monde où les torts doivent être réparés à moins que la loi du plus fort reste de rigueur. Dans ce cas, mieux vaut instaurer la loi de la jungle et que l’on cesse de se cacher derrière des principes de Droits de l’homme, et quel homme ! Ou des institutions telle que l’ONU pour mieux piller le monde.

Auteur: MANZI
6

0 Commentaires

Laissez un commentaire

RwandaPodium © All Rights Reserved. Powered by thesublime.rw