L'Afrique que on veut

EAC : Peter Mathuki, chef de l’EAC minimise les affrontements en cours à l’Est de la .

Le patron de l’EAC a été catégorique sur le fait que la paix et la sécurité restaient « une priorité absolue » pour l’EAC en expansion qui a récemment admis la RDC comme son septième membre

La Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC) a minimisé un conflit dans l’est de la RDC opposant les forces gouvernementales et une formation armée appelée M23.

Le secrétaire général Peter Mathuki a déclaré qu’il pensait que la crise serait bientôt terminée une fois la diplomatie préventive appliquée. Il a déclaré que l’organisme régional composé de sept pays disposait de mécanismes élaborés de résolution des conflits à appliquer à la suite de tels conflits.

Il a reconnu, lors d’une conférence de presse hybride, que l’insécurité était l’ennemi numéro un de la Communauté en quête d’intégration totale.

« Aucune entreprise ne prospérera dans un environnement qui n’est pas paisible », a-t-il déclaré aux journalistes du siège de l’EAC et aux accros en ligne.

Bien qu’il ne puisse pas dire exactement ce que faisait l’EAC à ce sujet, le Dr Mathuki a assuré qu’il y avait « une bonne volonté politique » de la part des dirigeants régionaux. L’Est de la RDC est depuis des décennies le théâtre de conflits armés impliquant diverses milices armées.

L’un d’eux du M23 a refait surface récemment faisant des ravages au Nord-Kivu suite à des affrontements sanglants entre lui et les troupes gouvernementales de Kinshasa.

Le Rwanda s’engage à riposter si les attaques de la RDC « continuent »

Dr Mathuki a utilisé le forum virtuel intitulé « State of the EAC Forum -SG’s One Year in Office » pour articuler les progrès réalisés et les défis à venir.

Cependant, un certain nombre de journalistes présents et ceux qui appelaient via des plateformes en ligne étaient curieux de savoir ce que faisait ou comptait faire l’EAC face à l’escalade de l’insécurité dans l’est du Congo.

Le patron de l’EAC a été catégorique sur le fait que la paix et la sécurité restaient « une priorité absolue » pour l’EAC en expansion qui a récemment admis la RDC comme son septième membre.

« Ne paniquez pas face aux troubles dans l’Est de la RDC. La crise sera terminée », a-t-il souligné, exprimant sa détermination pour une EAC pacifique.

Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), au moins cinq millions de personnes ont été déplacées lors des récentes violences dans l’est du Congo.

La résurgence du M23 et les affrontements qui en ont résulté avec les troupes de la RDC ont une fois de plus amené le nouveau membre de l’EAC sur une trajectoire de collision avec le Rwanda. Kinshasa a soutenu que le M23 est soutenu par le Rwanda. Kigali a démenti à plusieurs reprises.

Il y a une semaine, la RDC a interdit à RwandAir d’atterrir sur son territoire, notamment dans aucune de ses trois habituelles destinations :Kinshasa, Lubumbashi et Goma.

L’East African Business Council (EABC), un organe faîtier des associations du secteur privé de l’Afrique orientale, souhaite une intervention urgente pour mettre fin à cette crise économique.

Le directeur exécutif de l’EABC, John Bosco Kalisa, a déclaré que les entreprises sont déjà touchées par cette impasse, citant l’interdiction imposée aux vols de RwandAir vers la RDC.

Il a déclaré que bien que l’organisme commercial ait été non partisan dans la crise, les allégations souvent portées contre le Rwanda « ne sont pas fondées sur des preuves solides et justifiables ».

L’EABC, a-t-il dit, contacterait la communauté des affaires en RDC par le biais d’une entité appelée la Fédération des entreprises du Congo (FEC) pour rechercher des moyens de garantir que les entreprises ne soient pas victimes de ces genres de conflits.

Auteur: MANZI
10

0 Commentaires

Laissez un commentaire

RwandaPodium © All Rights Reserved. Powered by thesublime.rw