L'Afrique que on veut

L’EACRF ENTRE LE MARTEAU ET L’ENCLUME ! LEURS MINISTRES DE DEFENSE ENVOIENT LEURS CHATS A .

Les ministres de la Défense des pays d’Afrique de l’Est qui participent à la force est-africaine devraient se réunir à Goma, ce mercredi, le 19 Avril 2023. Cette réunion a été annulée à la dernière minute. Le Rwanda n’était pas invité à cette rencontre annoncée avec beaucoup de bruit par Bemba. Pat Adeline Umutoni et Marc Hoogsteyns

Les ministres de la Défense des pays d’Afrique de l’Est qui participent à la force est-africaine devraient se réunir à Goma, ce Mercredi, le 19 Avril 2023. Une réunion qui vient d`être annulée à la dernière minute. Le Rwanda, aussi membre de l`EAC, n’était pas invité à ce parti qui a été annoncé avec beaucoup de bruit par le nouveau ministre de la Défense de la RDC, Jean-Pierre Bemba.

Mais c’est le Congo qui tire les ficelles alors que cette réunion devrait se dérouler sur le sol congolais, dans une ville complètement encerclée par le M23. Le Rwanda est accusé d’être le principal agresseur dans ce conflit, à Kinshasa, bien qu’il ait permis aux troupes kényanes de l`EAC de traverser son territoire pour déployer leurs soldats dans le Kivu.

Le principal parrain de l`EAC est l’Union africaine dont le Rwanda est également membre et contributeur. Il est plus que probable que Bemba tentera de convaincre ses collègues est-africains de changer d’avis pour commencer à engager le M23 de manière plus directe et militaire. Kinshasa a déjà montré son bâton derrière la porte lorsque l’EAC ne se conformera pas à cette demande : le mandat légal de cette force n’a été que temporairement prolongé de 3 mois et Tshisekedi a déjà déclaré ouvertement que l’EACRF ne serait plus nécessaire après cette période (s’ils ne commençaient pas à combattre le M23 !).

Ces derniers jours, l’EACRF a été régulièrement sondée par les forces par procuration des FARDC qui ont tenté d’engager le M23 dans les zones tampons que les forces de l`EAC occupaient déjà. Ajoutez à cela la présence future de quelques milliers de soldats angolais avec lesquels l`EAC n’a pas de liens directs ou d’obligations et le tableau qui en résulte devient de plus en plus brumeux de jour au jour.


Jusqu’à présent, aucune raison valable n’a été donnée pour la non-présentation des ministres de l`EAC, mais il devient de plus en plus clair que certains d’entre eux se sont lassés d’un éventuel piège politique et militaire que Bemba préparait pour eux. On parle maintenant d’une volonté d’ organiser cette rencontre dans un endroit plus neutre mais tout cela montre bien qu’il y a plusieurs serpents en dessous de la pelouse.

Bemba

Bemba devrait faire ses preuves lors de cette réunion et ses patrons à Kinshasa s’attendent à ce qu’il revienne avec un nouvel accord dans lequel les pays est-africains impliqués ont convenu ouvertement qu’ils engageraient le M23 sur le champ de bataille, aux côtés des FARDC et de leurs alliés par procuration tels que les Nyatura, les FDLR et plusieurs groupes Mayi Mayi et autres gangs.

Ce Lundi, les commandants de l’EACRF ont déjà déclaré ouvertement que le M23 s’était plutôt bien conformé pour évacuer certaines zones (telles que Kibumba, Kishishe, Tongo, Kitchanga, etc.). Nous pensons qu’ils l’ont fait principalement pour retirer le tapis sous les pieds de Bemba et affaiblir sa demande. Et il y a un autre obstacle pour Bemba : les FDLR devront également être neutralisées et désarmées. Pourtant les FARDC utilisent principalement ces forces pour mener leurs combats car elles sont trop lâches et trop mal motivées et disciplinées pour le faire.


Bemba serait poussé entre le marteau et le fer à Goma : Tshisekedi l’a sorti, lui et son autre collègue Vital Kamhere, du sac poubelle pour renforcer sa nouvelle coalition à Kinshasa et, d’autre part, l’ancien seigneur de guerre et rival de Joseph Kabila a besoin de tous les arguments et astuces qu’il pourra trouver pour astiquer sa très mauvaise réputation.

Bemba a été accusé d’avoir dirigé deux bataillons de mercenaires banyamulenges qui ont fait beaucoup de ravages en République centrafricaine. Il a passé des années derrière les barreaux en Hollande pour cela, mais a finalement été libéré lorsque le Tribunal international ne savait plus quoi faire de lui.

Pendant qu’il était assis, leur Joseph Kabila avait engagé l’ancienne armée banyamulenge de Bemba, dont certains officiers ont pu devenir généraux dans les FARDC. Sinon, ils auraient été accusés des crimes commis EN RCA et Bemba aurait été libéré trop tôt.

Tendre la main à Tshisekedi pour l’emmener à bord de sa nouvelle structure politique était la seule option pour Bemba d’obtenir un espace de respiration supplémentaire et d’alimenter à nouveau son portefeuille. Kinshasa a été assez intelligente pour organiser cette réunion à Goma, de sorte que le Rwanda serait exclu de cette image.

Auparavant, deux conseillers du RDF qui faisaient partie du personnel de l’EACRF à Goma avaient déjà été expulsés, au grand dam du commandement de l’EACRF. Bemba pourrait craquer s`il mettait tout son poids sur la table à Goma. Cela est évité maintenant comme il n’ y aura pas cette rencontre a Goma.

Rwanda

Le Rwanda était, pour commencer, pour le déploiement de la force régionale. Ils ont permis aux troupes kényanes de traverser le territoire rwandais et une grande partie de la logistique de l’EACRF passe encore par Gisenyi pour Goma. Lorsqu`on a demandé à certains des hauts gradés locaux des RDF si le ministre rwandais de la Défense serait également présent en RDC, ils ont répondu par un court message qu’ils étaient actuellement en désaccord avec la RDC et donc pas les bienvenus. Mais ils ont terminé leur réponse avec un grand « smiley » pour indiquer que nos questions étaient probablement très naïves et qu`on aurait pu deviner la réponse sans les déranger.

Cela montre également que les dirigeants de Kigali n’attendent plus rien de Kinshasa. Kigali contribue également indirectement à la partie financière de l’opération de l’EACRF au Nord-Kivu, en tant que membres de l`EAC et de l’Union Africaine. Leur bonne volonté pour trouver une solution durable aux problèmes dans le Kivu est donc présente.

Mais leur motivation à continuer à montrer cette même bonne volonté s’affaiblit de plus en plus en même temps. Si l’EAC se penche vers Kinshasa et accepte leur demande radicale de laisser ses soldats être utilisés comme une force de combat anti-M-23 exclusive, la motivation du gouvernement rwandais pourrait disparaître complètement.



De moins en moins d’étrangers tombent amoureux du style twitter et de la propagande du régime congolais qui tente de diriger le pays avec des slogans creux. Dans cette affaire, Kagame est accusé d’avoir prétendu au Bénin que les deux Kivus étaient en fait des territoires rwandais, mais tout le monde sait que c’est faux. En ajoutant des gouttes de carburant comme celle-ci sur le feu déjà dur, Muyaya voulait juste augmenter les enjeux de sa bulle hypocondriaque.

M-23

Le M-23 a montré sa bonne volonté en acceptant de se retirer de certaines régions. Ces régions pourraient être d’une moindre valeur stratégique pour eux et les hommes de Makenga pourraient encore être présents dans les collines environnantes pour intervenir si les FARDC ou les FDLR rompent les accords en cours ou si l’EACRF ne parvient pas à garder les FARDC hors de leurs zones tampons.

Les rebelles ne sont pas des ânes et un âne ne se heurte jamais au même rocher 3 fois de suite : leurs revendications n’ont pas été respectées lorsque Laurent Nkunda a enterré sa hache, en 2013 elles ont été à nouveau bafouées lorsque Makenga a accepté de se retirer. Nous sommes presque les seuls dans cette position-là. Nous l’avons déjà bien expliqué dans nos précédents articles. Un éventuel retrait de l’EAF avec les FARDC essayant de se déplacer dans ces zones entraînerait automatiquement une guerre ouverte. Les FARDC seraient complètement expulsées de la province du Nord-Kivu. Les troupes angolaises sur place ne seraient pas en mesure d’y mettre un terme : il n’y a pas un seul soldat du M-23 qui ne soit au courant de la trahison de l`Angola quand les troupes du RCD et l’armée rwandaise et le RCD qui ont marché sur Kinshasa depuis Kitona, il y a des années.


L’armée angolaise avait donné aux troupes du RCD-Goma qui avançaient la garantie de ne pas intervenir, mais elle avait changé d’avis lorsque ces troupes se trouvaient aux portes de Kinshasa.

Probablement en échange de concessions pétrolières dans les eaux territoriales congolaises. Ces champs pétroliers congolais ont été exploités par l’Angola depuis des années maintenant après qu’un Laurent Kabila paniqué les ait vendus pour quelques cacahuètes à Dos Santos. Des centaines de soldats du RCD et du Rwanda sont morts, bombardés par des avions angolais. Au cas où les troupes angolaises pourraient s’engager dans des combats dans les Kivu, les RDF pourraient leur tourner le dos. Personne ne pourrait leur reprocher de ne pas intervenir pour les Angolais. Sur le plan logistique, l’armée angolaise baignerait dans la misère et la douleur et se retrouverait exactement dans la même situation que les troupes du RCD sur le chemin du retour à Matadi, il y a des années.

Il y a quelques jours, Tshisekedi a ouvertement déclaré que les troupes angolaises remplaceraient l’EACRF, au cas où elles se retireraient. Les Congolais connaissent également très bien l’histoire du Kitona-débâcle, de sorte qu’ils rendent, une fois de plus et de leur plein gré, les chances plus lourdes.

Solution envisageable

Il n’est pas nécessaire d’en venir à ce pire scénario : si l’Union africaine et l`EAC décidaient de modifier le mandat de leur opération au cas où Kinshasa continuerait à bloquer une issue pacifique, il pourrait encore y avoir de l’espoir. Dans un conflit où les plus grands coupables peuvent également décider comment se battre et avoir le droit exclusif de l’arrêter, des innocents continueront de mourir. Joseph Goebels pourrait être fier de Patrick Muyaya quand il saurait comment ce gars s’en sort avec des mensonges, des calomnies racistes et de fausses affirmations hypocondriaques.


Martin Kobler, l’ancien gourou et patron des forces de l’ONU au Congo, qui affirme toujours avoir été en mesure de résoudre la rébellion tutsie de Sultani Makenga en 2013, a déclaré hier aux journalistes que seule une force de réaction rapide comme celle utilisée en 2013 serait en mesure de résoudre le problème. En disant cela, il dit ouvertement que les M-23 sont les seuls mauvais enfants sur le bloc.

Nous étions sur place à Goma lorsque cela s’est produit et je me suis posé la question de savoir si ce mouvement ne serait pas inutile étant donné que les rebelles seraient probablement de retour aux portes de Goma quelques années plus tard. Il avait également fait la promesse formelle que les FDLR seraient traitées immédiatement après le retrait des M-23. Je lui ai dit que les FARDC ne le permettraient jamais. Cela n’est jamais arrivé.

Kobler semble également oublier qu’après l’échec complet des forces de l’ONU en RDC, l’alliance (en soi) contradictoire de l’AEP est tout ce qui reste pour empêcher une catastrophe encore plus grande. L’Afrique du Sud pourrait réfléchir à deux fois avant de s’impliquer à nouveau dans cette région : les RDF les chaperonnent et les protègent déjà au Mozambique.

La capacité et le professionnalisme de la SADF ont disparu au cours des deux dernières années. La Tanzanie a déjà des troupes sur le terrain, à l’intérieur de Monusco. Mais ils n’ont pas non plus été en mesure de changer la situation.

Martin Kobler ferait beaucoup mieux de continuer à profiter du luxe de sa retraite parce que c’est aussi à cause de bureaucrates à courte vue comme lui que nous sommes confrontés à une crise encore pire.

Notre analyse selon laquelle toute la situation est en désaccord peut donc tenir bon. Surtout après la nuit dernière, lorsque certains ministres participants de l`EAC ont décidé d’envoyer leurs chats à Goma.

Affaire à suivre.

Auteur: MANZI
54

0 Commentaires

Laissez un commentaire

RwandaPodium © All Rights Reserved. Powered by thesublime.rw