L'Afrique que on veut

L’ennemi de l’Europe ne se trouve pas seulement à Moscou mais aussi à Paris

À la suite des résultats du premier tour des élections présidentielles françaises, des politiciens d’Espagne, d’Allemagne et d’Italie ont publié des déclarations fortes contre la candidate d’extrême droite Marine Le Pen, avertissant que le second tour qui aura lieu dans deux semaines sera un choix entre l’Europe et la protégée de Vladimir Poutine dans l’UE.

À la suite des résultats du premier tour des élections présidentielles françaises, des politiciens d’Espagne, d’Allemagne et d’Italie ont publié des déclarations fortes contre la candidate d’extrême droite Marine Le Pen, avertissant que le second tour qui aura lieu dans deux semaines sera un choix entre l’Europe et la protégée de Vladimir Poutine dans l’UE.

En ce qui concerne les camarades d’extrême droite de Mme Le Pen en Europe, seul l’Italien Matteo Salvini s’est exprimé à ce sujet, tandis qu’à Budapest, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán n’a pour l’instant strictement rien dit.

Avec 97 % des votes dépouillés au premier tour, les projections tôt lundi montraient qu’Emmanuel Macron atteignait 27,4 % des voix, Marine Le Pen obtenant 24 %.

Le second tour, qui aura lieu le 24 avril, devrait se dérouler au coude à coude entre M. Macron et Mme Le Pen.

Après le dépouillement de 97 % des bulletins de vote au premier tour, les projections réalisées tôt lundi montraient qu’Emmanuel Macron atteignait 27,4 % des voix, contre 24 % pour Le Pen.

Le second tour, qui aura lieu le 24 avril, devrait opposer Macron et Le Pen au coude à coude.

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a averti que l’ennemi de l’Europe « n’est pas seulement à Moscou, mais aussi à Paris […] dans les élections françaises, il est à Madrid (parti d’extrême droite Vox) et il est dans tous les projets politiques d’extrême droite qui ébranlent les fondements de la coexistence. »

En Allemagne, l’élection n’a pas non plus fait l’objet d’une grande attention médiatique. Si la principale chaîne d’information, Phoenix TV, a couvert l’élection dans les premiers temps, elle s’est contentée de diffuser un documentaire sans rapport avec le sujet après 21 heures.

« Un peu plus sur l’élection en France en direct à la télévision ne serait pas mal non plus », a commenté l’eurodéputé allemand Daniel Freund sur Twitter.

Les ministres allemands se sont pour la plupart abstenus de commenter le résultat, mais plusieurs législateurs ont fait des déclarations féroces contre la candidate d’extrême droite française.

« Maintenant, rassemblez tout le monde derrière Emmanuel Macron ! C’est lui ou la chute de l’Europe unie. Cela semble pathétique. Mais c’est le cas », a déclaré sur Twitter Michael Roth, président de la commission de Politique étrangère du Bundestag.

De même, Udo Bullmann, législateur européen pour le SPD, a déclaré que la France était à nouveau à la « croisée des chemins ». « Ce n’est qu’en unissant nos forces qu’il sera possible de stopper le radicalisme de droite et le nationalisme anti-européen », a-t-il tweeté.

L’ancien candidat à la chancellerie du parti conservateur CDU, Armin Laschet, a également réagi à cette élection. « Le second tour de l’élection va maintenant décider de l’avenir de l’Europe », a-t-il déclaré, ajoutant que Mme Le Pen veut détruire l’Europe et que la victoire de M. Macron est cruciale.

À Rome, Enrico Letta, secrétaire du Parti démocratique (PD) de centre-gauche, a déclaré que « la victoire de Marine Le Pen serait une plus grande victoire pour Poutine que celle en Ukraine ».

« Elle [Mme. Le Pen] a des liens avec la Russie et M. Poutine. Sa victoire serait un tremblement de terre politique sans précédent en Europe. Elle détricoterait l’Europe et aurait un impact considérable sur nous aussi », a déclaré le dirigeant du PD à la chaîne Rai 3.

L’ancienne présidente de la Chambre des députés italienne Laura Boldrini a commenté : « Avec Mme Le Pen, les amis de M. Poutine et les ennemis de l’Europe gagnent. Au second tour du scrutin, toutes les forces démocratiques devraient faire bloc pour soutenir Emmanuel Macron. Mais M. Macron devrait également écouter le message de malaise social exprimé dans le large consensus en faveur de Jean-Luc Mélenchon ».

En Roumanie, aucun groupe politique n’a réagi, mais l’eurodéputé de centre-droit Siegfried Muresan a déclaré : « qui vote pour Marine Le Pen, vote pour Vladimir Poutine. »

En Grèce, la seule réaction est venue de Dimitris Papadimoulis, député européen de l’opposition Syriza, qui a souligné le score élevé de Jean-Luc Mélenchon.

Le parti La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon et Syriza appartiennent tous deux au groupe politique de la gauche européenne.

« Sans sa fragmentation, la gauche aurait pu accéder au second tour. Avec Emmanuel Macron, qui s’est déplacé encore plus à droite, nous sommes très nettement séparés. Mais pour le second tour, contre la candidate d’extrême droite Marine Le Pen, nous ne nous situons pas sur la même distance », a déclaré l’eurodéputé grec et vice-président du Parlement européen.

Salvini en fête

Matteo Salvini, le leader de la Lega Nord (extrême droite), a été jusqu’à présent le seul politicien européen à soutenir ouvertement Mme Le Pen après les résultats de l’élection.

« Bravo Marine, nous sommes heureux de ton succès et fiers de ton travail, de ton courage, de tes idées et de ton amitié », a déclaré M. Salvini.

M. Salvini et Mme Le Pen ont travaillé à la création d’un nouveau mouvement d’extrême droite à travers l’Europe, mais une autre défaite électorale de Mme Le Pen pourrait potentiellement mettre leurs plans en suspens.

En février dernier, M. Salvini avait déclaré : « Nous comptons sur vous. Tout le peuple italien compte sur vous parce qu’ensemble nous pouvons changer l’Europe ».

EURACTIV Italie rapporte que M. Salvini se rendra probablement à Paris pour soutenir son ami Marine Le Pen lors du second tour du scrutin.

Deux semaines « extrêmement difficiles ».

Les analystes s’attendent à ce que les deux prochaines semaines soient cruciales, considérant que l’atmosphère politique à Paris va s’intensifier.

« Les deux semaines de campagne à venir vont être extrêmement difficiles : elles devront compenser le manque de campagne que nous avons connu jusqu’à présent », a déclaré à EURACTIV Tara Varma, analyste et responsable du groupe de réflexion du Conseil européen des relations étrangères (ECFR).

Mme Varma a déclaré que deux plateformes programmatiques seront présentées avec des perspectives très différentes sur la politique européenne et étrangère et les conséquences qui s’ensuivent pour la souveraineté européenne, l’adhésion à l’OTAN et la migration.

Elle a déclaré que le discours d’Emmanuel Macron était axé sur une France forte en Europe croyant en la science et la raison, tandis qu’en revanche, Mme Le Pen s’est concentrée sur les priorités nationales, promettant d’unir la population française autour « d’un projet populaire et national et d’une communauté de destin ».

L’analyste a estimé que Mme Le Pen veut toucher les électeurs de gauche et tentera de concurrencer M. Macron sur ces questions qui se sont avérées compliquées pour lui, notamment lors du mouvement des Gilets Jaunes.

Jean-Luc Mélenchon a appelé ses électeurs à « ne pas donner une seule voix à Marine Le Pen ».

Toutefois, des partisans d’Emmanuel Macron ont confié à EURACTIV hier à Paris que beaucoup de choses dépendront de son action auprès du mouvement des Gilets Jaunes, qui devrait se mobiliser dans les prochaines semaines.

Par Alexandra Brzozowski, Bogdan Neagu, Fernando Heller, Margherita Montanari, Oliver Noyan et Sarantis Michalopoulos

Auteur: MANZI
19

0 Commentaires

Laissez un commentaire

RwandaPodium © All Rights Reserved. Powered by thesublime.rw