L'Afrique que on veut

NORD-KIVU, RDC : Alerte de l’UNICEF sur les niveaux de violence sexuelle « écœurants » dans l’Est .

Bintou Keita de Monusco dit que le renforcement de forces de sécurités au Nord-Kivu est la cause de massacres en ituri, alors que les deux provinces connaissent massacres ethniques, viols, pillages et destructions des biens, car ces mêmes forces de sécurité sont la cause de cette insécurité.

Selon le groupe de coordination VBG pour le Nord-Kivu, les signalements de violences basées sur le genre (VBG) contre les filles et les femmes ont augmenté de 37 % au cours des trois premiers mois de l’année, par rapport à la même période il y a un an selon l’Unicef lu dans Nouvelles des Nations Unies.

Et cela malgré les renforcements de forces de sécurité composée de Monusco, des forces de la EAC et des FARDC qui ont pris comme auxiliaires les différents groupes rebelles qui sont devenus des loups installés légalement dans la bergerie, et les FDLR & Co dont tout le monde connaît l’historique de leurs crimes de crime au Rwanda.

Plus de 38,000 2022 cas de VBG ont été signalés pour toute l’année XNUMX dans le seul Nord-Kivu. Dans la plupart des cas, les survivants ont déclaré avoir été attaqués par des hommes armés et des hommes déplacés dans et autour des camps.

« Des enfants et des femmes profondément vulnérables, chercher refuge dans les camps se retrouvent plutôt faire face à plus d’abus et de douleur," m’a dit UNICEF’s Représentant en RDC, Grant Leaity.

« La recrudescence des violences sexuelles à l’encontre des enfants est terrifiante, avec des rapports selon lesquels certains d’entre eux, aussi jeunes que trois ans, ont été exploités sexuellement. Ce réveil devrait nous choquer, nous rendre malades et nous pousser à l’action. »

Depuis début mars 2022, plus de 1.16 million de personnes ont été déplacées par les affrontements entre les parties au conflit au Nord-Kivu.

Près de 60 % des personnes déplacées vivent dans sites surpeuplés et abris collectifs juste à l’extérieur de Goma, la capitale provinciale, où les risques de violence sexuelle sont extrêmement élevés.

Exploitation sur des centaines de sites

L’UNICEF est également conscient des niveaux très élevés d’exploitation sexuelle des enfants à plus de 1,000 sites dans et autour des camps de déplacés.

L’impact sur la santé physique et mentale des filles et des femmes est incommensurable et durable, a déclaré l’agence. Environ un survivant sur quatre de violences sexuelles besoin d’un soutien médical et psychologique spécialisé, selon le groupe de coordination GBV.

Casques bleus de l’ONU blessés en RDC depuis le Maroc transportés pour être soignés après avoir été attaqués à Kiwanja, Rutshuru Nord-Kivu par le groupe armé M23.

L’UNICEF et ses partenaires renforcent leur soutien

L’UNICEF a intensifié ses activités de prévention et de réponse, a indiqué l’agence, en fournissant des services médicaux et psychosociaux essentiels aux filles et aux femmes touchées dans les quatre plus grands camps de déplacés près de Goma.

En collaboration avec la Division Provinciale des Affaires Sociales et en partenariat avec Guérir l’Afrique, l’agence a également créé des espaces sûrs pour les filles et les femmes dans les camps de déplacés, où des psychologues, des travailleurs sociaux professionnels et des travailleurs parasociaux communautaires formés identifient et prennent en charge les enfants et les femmes dans le besoin, les orientant vers des services supplémentaires si nécessaire.

Pour protéger les filles et les femmes, l’UNICEF appelle de toute urgence à une intensification significative des services pour prévenir et répondre à la violence sexuelle dans et autour des camps de déplacés ; l’arrêt de l’exploitation sexuelle à grande échelle des filles et des femmes ; et le démantèlement des sites identifiés dans et autour des camps où se produit l’exploitation sexuelle.

L’UNICEF lance également un appel aux donateurs afin qu’une aide plus directe puisse être apportée aux personnes bloquées dans les camps de déplacés.

« Nous appelons le gouvernement, les autorités locales, les partenaires et les donateurs à prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin immédiatement à cette situation, fermer les sites connus d’exploitation sexuelle et protéger les femmes et les filles qui en ont déjà été victimes de déplacement », a ajouté M. Leaity.

L’ONU continue de fournir une aide humanitaire aux personnes déplacées par les affrontements armés dans la province du Nord-Kivu, dans l’est de la RDC.

Auteur: MANZI
8

0 Commentaires

Laissez un commentaire

RwandaPodium © All Rights Reserved. Powered by thesublime.rw