L'Afrique que on veut

NORD-KIVU, RDC : Attaques de la population par les Rebelles, FDLR, ADF et Wazalendu, les .

La population du Nord-Kivu, réclame l’intervention du gouvernement pour stopper les attaques qui sont perpétrées par les rebelles qui sont les partenaires des FARDC. Il s’agit entre autres des criminels FDLR, génocidaires rwandais ainsi que les miliciens « Wazalendu » qui sont autant criminels.

On se demande pourquoi le grand Tshisekedi aime traîner avec des petits criminels

La population d’Ishasha, dans le territoire de Rutshuru situé près de 130 kilomètres de la ville de Goma, est victime de plusieurs attaques perpétrées par des rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), les anciens génocidaires au Rwanda en 1994, ainsi que des groupes d’autodéfense « Wazalendu », qui continuent à perpétrer les pillages, les viols et les massacres de la population congolaise.

Bien que les FARDC, se considèrent comme la huitième grande armée de l’Afrique, depuis plusieurs décennies, cette armée, est incapable de faire face à des groupuscules de personnes armées, qui écument le pays.

Officiellement le Marechal Mobutu clamait haut et fort parmi ses nombreux slogans que : « l’armée est équipée, l’armée est modernisée, l’armée est disciplinée, … » Mais depuis lors, à chaque attaque de rebelles, les présidents qui se sont succédés à la tête de l’Etat congolais, n’ont cessé de faire appel aux forces extérieures pour ramener la sécurité et rétablir l’autorité de l’Etat dans le pays.

Le président Tshisekedi et ses FARDC dont il est le chef suprême ne font pas exception. Les présidents Mobutu et Kabila père et fils, lui ont légué une armée corrompue et faible. Une armée qui vend son équipement de guerre avec les rebelles qu’elle est censée combattre. Une armée qui dépouille la population qu’elle est censée protéger et assurer la défense.

La faiblesse des régimes congolais successifs, le manque de leadership et l’absence de l’autorité de l’Etat sur la grande partie du territoire national, a favorisé le bourgeonnement des rebellions, l’abus de l’autorité au niveau local, la dissémination des armes et le terrorisme, surtout dans les provinces de l’Est, éloignées de la capitale. Bien qu’actuellement Kinshasa est aussi menacée par les rebellions dans les provinces qui entourent la capitale.


Les FDLR, génocidaires au Rwanda et grands criminels en RDC

La défaillance de ces régimes congolais, qui comme conséquence, a abouti à la faiblesse de l’armée, a obligé Kinshasa à employer les FDLR comme des mercenaires et vu leur bravoure dans le crime, et n’ayant aucune autre force en face d’eux, ils ont excellé dans les pillages, les viols, et les massacres, comme ils savent bien le faire.

La population congolaise est victime actuellement des génocidaires que les autorités de leur pays ont accueillis et hébergés sur les territoires congolais qui bordent le Rwanda, armes et bagages, et cela malgré les conventions internationales régissant les réfugiés ainsi que les règles de HCR. Le Rwanda n’a cessé de rappeler ces conventions à la RDC, à l’ONU et à la Communauté internationale.

Depuis 29 ans, non seulement les FDLR n’ont cessé de malmené la population congolaise, et leurs menaces et cruautés sont à la base de l’exode comme réfugiés de plus d’un demi-million de congolais des provinces du Kivu et de l’Ituri, éparpillées dans les pays limitrophes de la RDC ainsi qu’au Kenya.

Parmi les raisons d’être du M23, que Kinshasa craint tant, c’est à cause de la présence de ces criminels sur la terre de leurs ancêtres qui ont envahi la terre de leurs parents et les ont obligés de s’exiler à l’étranger pour sauver leur vie.


Wazalendu, pillent, violent et massacrent

Il est aussi étonnant que les FARDC adoptent comme partenaires les milices « Wazalendu », alors qu’ils sont parmi les anciens rebelles qui ont commis plusieurs sortes d’exactions contre la population congolaise surtout dans les provinces du Sud et du Nord Kivu ainsi que l’Ituri. Sans cesse, ils pillent, ils violent et massacrent la population. Mais il est reconnu aussi qu’ils partagent les butins avec les autorités locales qui les protègent et les laisse faire. Il en est de même que les FARDC. Ces dernières sont leurs principaux fournisseurs en armes et munitions.

Il est fort probable que la situation ira en s’aggravant plus les élections approchent

Auteur: MANZI
8

0 Commentaires

Laissez un commentaire

RwandaPodium © All Rights Reserved. Powered by thesublime.rw