L'Afrique que on veut

Pluies diluviennes meurtrières au Rwanda : Un pays « modèle » face au dérèglement .

Les spécialistes agglomèrent les hallebardes qui sont tombées au Rwanda comme des pluies diluviennes, mais très vite, on s’accorde à dire que ce qui est survenu au pays des Mille collines est bien une catastrophe climatique avec 129 victimes dénombrées hier mercredi 3 mai 2023. Le Rwanda vu du Faso

Les pluies diluviennes et la coulée des boues ont détruits des biens et ont fait 130 victimes actuellement recensées.

Tonnes de boue, maisons détruites et emportées, populations désemparées et anxieuses, la Nature qui s’est déchaînée sur le Rwanda dans la nuit du lundi 1er au mardi 2 mai a fait de gros dégâts et surtout a emporté des vies.

Rivière Sebeya débordant de son lit, route Musanze-Kigali fermée car impraticable, district de Ngororero bloqué… bref, le Nord et l’Ouest du « Singapour » africain a des allures d’Apocalypse Now ! Depuis hier, les autorités essaient de parer au plus pressé, d’abord de sauver des vies, car au Rwanda, la gouvernance marche, les leviers de décisions, et les hiérarchies fonctionnent. C’est pourquoi les équipes de secours ont déboité au quart de tour, en donnant des sépultures dignes aux victimes et en équipant les rescapés de besoins vitaux. Le tout supervisé par la ministre en charge de la Gestion des urgences, Marie Solange Kayisire.

Le cas rwandais vient encore rappeler de façon violente que le dérèglement climatique n’a pas de frontière. Il est prégnant sur tous les continents, frappe tantôt en sècheresse, tantôt en cyclone ou encore en tempête tropicale, ce qui s’est passé au pays des Mille collines. Les COP et les réunions sur le climat se multiplient pour sensibiliser sur les émissions de gaz à effet de serre, mais hélas, les plus grands pollueurs ne sont malheureusement pas les plus grands payeurs. A la COP27 par exemple, l’UE a promis 1 million d’Euros pour aider l’Afrique à s’adapter aux changements climatiques. Souvent, ces promesses sont tenues à moitié ou pas du tout.


Le PM Girente a pu atteindre les funérailles de ces victimes climatiques

Mais au-delà, ce sont les Africains qui doivent se convaincre que pour gagner cette lutte, c’est à eux de changer de comportement, de travailler à préserver la Nature. Par une posture responsable, comme arrêter de déforester, et militer pour des initiatives comme le Fonds Bleu pour le Bassin du fleuve Congo.

Revenant à cette catastrophe climatique au Rwanda, on doit se convaincre que si un tel pays qui est un « modèle » en matière de préservation de l’environnement tel que celui-ci, lequel est touché de plein fouet par cette furie naturelle, qu’en est-il souvent des pays négligents ou non préparés ? C’est un double cataclysme.

Au Rwanda, zéro sachet plastique, zéro ordure jeté sur la voie publique, interdiction de fumer dans la rue, les plantations d’arbres rythment tous les évènements privés ou publics, les forêts naturelles et classées avec leurs richesses fauniques sont surveillées constamment, les véhicules d’un certain âge avec d’épaisses fumées ne sont pas tolérés… Le président Paul Kagame s’est personnellement investi pour que le Rwanda parvienne à ce niveau de lutte pour ne pas réchauffer la planète. Un pays « modèle » qui est donc victime de Dame-Nature qui ne fait pas le distinguo entre ceux qui la choient et ceux qui veulent se rendre maître et possesseur d’elle. Et quand la Nature se rebiffe, ce sont les habitants de la terre qui trinquent.

Auteur: MANZI
8

0 Commentaires

Laissez un commentaire

RwandaPodium © All Rights Reserved. Powered by thesublime.rw