L'Afrique que on veut

RDC : Fausses données, Faux Diagnostic, Faux Remède pour la sécurité de l’Est du .

Une armada des soldats de 5 pays de l’EAC, ainsi que les mercenaires Wagner et les retraités de la Légion étrangère, ainsi que les rebelles et les FARDC, ont contribué à étouffer la population du Kivu. A Goma, les manifestants ont réclamé hier, le départ de ces forces non seulement inutile mais aussi nuisibles.

Deux cortèges emmenés par des organisations de la société civile ont défilé ce mercredi 18 janvier à Goma. AFP - GUERCHOM NDEBO

Tshisekedi, comme un enfant pleunicheur, a crié au loup, tout en diffusant des fausses informations et en ciblant le Rwanda comme bouc-émissaire. Ce qui lui a permis de camoufler momentanément la mauvaise gouvernance qui ronge son pays depuis des décennies.

Le président de la RDC, en appelant à l’aide militaire à tous les pays de l’EAC, leur immence générosité n’a pas suffit car ces diverses et hétérogènes interventions militaires au Kivu, sont basées sur des fausses informations fournies exprès par Tshisekedi, et qui parconsééuent occasionnent un faux diagnostique de la situation, et il va de soi que les remèdes préconisés par des intervenants extérieurs soient faux également.

Le comportement du gouvernement congolais, ne montre pas qu’il cherche la voie d’une vraie solution à la situation du Kivu et qui à la longue risque de s’embraser dans d’autres provinces.

C’est pourquoi à Goma, à l’appel de divers mouvements citoyens, plusieurs dizaines de personnes ont protesté ce mercredi contre la présence de la force est-africaine déployée depuis novembre dans la région pour lutter contre les mouvements armés. Mais la police a choisi de réprimer la marche.

C’était la première manifestation depuis le début du déploiement de la force régionale de l’EAC. Deux cortèges emmenés par des organisations de la société civile comme Filimbi et la Lucha ont défilé à Goma, la grande ville du Nord-Kivu.

L’Objectif de la manifestation, était de dénoncer « l’inefficacité », « l’inaction » des contingents est-africains, voire les « mensonges » qui entourent la présence de ces militaires.

Plusieurs milliers de soldats kényans et burundais sont déjà arrivés en renfort de l’armée congolaise. Depuis le début du mois, certains ont commencé à rejoindre la base militaire de Rumangabo. Sept cent cinquante Sud-Soudanais sont également attendus.

Tandis que les forces du Kenya campent aux alentours de Goma, les forces ougandaises se concentrent aux régions septentrionales du Nord-Kivu tandis que les forces burundaises sont dans les montagnes du Sud-Kivu.

Mais la police a dispersé les manifestants en lançant des grenades lacrymogènes. Les forces de sécurité ont estimé que la marche était interdite. Des journalistes ont été menacés, certains même blessés et d’autres arrêtés avec des protestataires, avant d’être relâchés après quelques heures de garde à vue.

Dans le même temps, le ministère congolais des Affaires étrangères a tapé sur la table contre le M23, principal groupe aux prises avec l’armée. Kinshasa accuse le mouvement rebelle, et le Rwanda, accusé de le soutenir, d’avoir violé les accords signés. Selon les autorités, M23 et Kigali ont « saboté les résolutions », « réalisé des manœuvres dilatoires », des « simulacres de retraits » de plusieurs localités.

La RDC demande ainsi à l’ONU, l’Union africaine, la Communauté est-africaine et tous les partenaires, de sanctionner les Rwandais et les leaders du M23.

Il est étonnant que la huitième puissance militaire d’Afrique n’arrive pas à faire décamper des groupuscules armés dispersés un peu partout dans le pays.

Auteur: MANZI
39

0 Commentaires

Laissez un commentaire

RwandaPodium © All Rights Reserved. Powered by thesublime.rw