L'Afrique que on veut

RDC : Kinshasa Risquerait-elle d’être Une Poudrière ?

A Kinshasa des caisses de munitions ont été trouvées au quartier de Menkao, dans la commune de Makulu, au nord de Kinshasa, sur la RN1. Et la population est inquiète

Selon Patient Ligodi de RFI, ces dernières semaines, les violences dans les provinces de Kwilu, Kwango et Mai-Ndombe se sont rapprochées de Kinshasa, selon les autorités congolaises, déjà 12 personnes ont été tuées à Maluku dans la périphérie de Kinshasa. Le week-end dernier a été marqué par la découverte de munitions dans le quartier Menkao, à Maluku. De quoi raviver l’inquiétude de la population locale.

Rien d’étonnant que les troubles et les massacres qui se passent à Kwilu, Kwango et Maï-Ndombe, localitéé qui ne sont qu’à 160 Km de Kinshasa, ne puissent pas avoir un impact sur la situation à Kinshasa. D’au tant plus que les deux ethnies qui se massacrent, habitent aussi les communes de Kinshasa, et que les survivants des massacres se réfugient à Kinshasa au sein de leurs communautés respectives.

Au dire de Mayi, un policier, qui est affecté depuis quelques jours à Menkao : « Regardez, c’est dans ces herbes que nous avons trouvé des caisses de munitions et quelques explosifs ». Une autre découverte a été faite à moins de dix mètres de là : « Nous avons découvert ici aussi d’autres caisses de munition, des bouteilles d’eau, mais aussi d’autres affaires liées aux explosifs ».

Ces découvertes sont faites sur la route nationale qui relie Kinshasa à Bandundu dans les communes qui connaissent les troubles et l’insécurité.

Enquête en cours

Au total, la police a récupéré plus de 1 000 munitions dans les trois caisses abandonnées. Il y avait également trois des explosifs et des cartouchières. D’où viennent ces explosifs et ces munitions ? À qui appartiennent-ils ? Certaines sources évoquent les assaillants venus de Kwamouth, mais la police se veut prudente et affirme que des enquêtes sont en cours.

La population ne cache pas son inquiétude. Jeannine est vendeuse à Menkao. « L’autre fois, ils ont découvert des munitions. Nous avons vu et nous avons eu peur. Ma famille qui est au centre-ville, elle m’a demandé de quitter cette zone. Je suis quand même restée. Nous avons besoin d’un renfort en termes de sécurité. Si nous, qui sommes dans la capitale, nous sommes mal à l’aise, alors imaginez ceux qui sont à l’intérieur du pays... »

Pour sa part, la police annonce qu’elle va déployer de nouvelles unités dans cette zone dans les jours qui viennent.

Le gouvernement de Tsisekedi qui continue à camoufler la réalité du pays, gangréné depuis plus d’un demi-siècle par la mauvaise gouvernance, de plus en plus, l’étau se resserre sur lui jusqu’au siège du gouvernement. L’aide des génocidaires rwandais utilisés comme mercenaires, a ses limites, il en est de même pour l’appel au secours aux pays étrangers, qui ne sont intéressés que par le côté des affaires, leur aide n’est possible que s’il y a un minimum de stabilité et surtout une volonté suivi d’un effort de résoudre son propre problème sans tout attendre de l’extérieur et sans alibi. .

Auteur: MANZI
2

0 Commentaires

Laissez un commentaire

RwandaPodium © All Rights Reserved. Powered by thesublime.rw