L'Afrique que on veut

RDC : Les Finances Dans le Rouge Ecarlate de la Présidence de la République

La présidence de la République vole de record en record en termes de dépassements budgétaires tandis que les militaires sur le front manquent de tout. La Libre

C’est devenu une mauvaise habitude. Chaque mois, en République démocratique du Congo, le ministère du Budget dévoile l’état des dépenses publiques. Et, chaque mois, ces dépenses démontrent que la présidence congolaise ne respecte pas du tout le budget qui lui est alloué.

Fin juillet, la présidence congolaise avait ainsi dépensé en sept mois 463 milliards de francs congolais. Un mois plus tard, le montant des dépenses de l’institution titille les 564 milliards de francs. Une dépense de 101 milliards en un mois, soit 50 millions de dollars, alors que le budget prévoyait des dépenses de 23,6 millions. Le dépassement atteint donc… 26,4 millions, soit 110 %.

En huit mois, la présidence de la République démocratique du Congo a ainsi englouti 281,5 millions de dollars alors que le budget prévoyait des dépenses de 189,9 millions.

Le rapport sur les dépenses publiques du ministère du Budget ventile précisément toutes les dépenses. C’est ainsi que l’on peut découvrir que depuis le début de l’année, 164,6 millions de dollars ont été affectés uniquement aux besoins de fonctionnement (alors que le budget prévoyait des dépenses pour 87,3 millions de dollars, soit 188,5 %). Dans le même temps, on constate que la première institution du pays peut se montrer économe lorsqu’il s’agit de mettre ses billes dans des projets d’investissement qui, en 8 mois, n’ont enregistré que 11 millions de dollars de dépenses.

Détournement des fonds à l’armée

Des dépenses somptuaires qui minent évidemment le budget de l’État qui doit consacrer quotidiennement 1 million de dollars pour la guerre dans l’est du pays. “C’est du moins ce qui est annoncé, explique un responsable militaire dans l’Ituri. Mais ici, nous ne recevons rien. Nous manquons de tout. Pas de munition, pas de nourriture.

Tout est détourné dans la chaîne de direction. C’est un secret de Polichinelle, mais le dernier qui a osé se plaindre en haut-lieu, le général Philémon Yav, est aujourd’hui en prison accusé d’intelligence avec l’ « ennemi ».

Le malaise va grandissant face à une classe politique kinoise qui dépense et s’affiche sans vergogne et une situation sécuritaire qui se détériore dans plusieurs régions du pays. « La corruption atteint des niveaux jamais vu, mais, en même temps, les rentrées dans les caisses de l’État sont un peu moins catastrophiques grâce surtout à l’envolée des prix des matières premières et au travail, il faut le reconnaître, de l’Inspection générale des finances » (dont le patron, Jules Ingete, était reçu ce mercredi au parlement belge pour vanter sa réussite ).

« Ingete choisit bien ses cibles et a compris où et quand il devait fermer les yeux, enchaîne ce député provincial proche de la majorité présidentielle. Ça marche pour lui. Ses services, avec près de 250 inspecteurs, ont bénéficié depuis le début de l’année, d’un budget de 25 millions de dollars, des voitures neuves et un bâtiment de 8 étages va bientôt sortir de terre à Kinshasa.

Notre Eliot Ness bouche un peu les trous. C’est une bonne vitrine pour le pouvoir qui a été secoué il y a dix jours par les révélations en caméra cachée du conseiller et ami du président Tshisekedi, Vidiye Tshimanga. Ces enregistrements démontrent comment la première ceinture du pouvoir vole et corrompt sans gêne ».

Auteur: MANZI
23

0 Commentaires

Laissez un commentaire

RwandaPodium © All Rights Reserved. Powered by thesublime.rw