L'Afrique que on veut

RDC – RWANDA : Kagame Donne un Coup de Semonce à Kinshasa

Le président Paul Kagame a prononcé hier à Kigali un discours remarquable sur les problèmes en cours dans le Kivu de la RDC. Juste avant, le Ministre des Affaires Etrangères, Vincent Biruta avait déjà lancé un communiqué similaire. By Adeline Umutoni & Marc Hoogsteyns.

Leur réaction montre clairement que Kigali perd confiance dans les pourparlers de paix en cours et en a assez que la communauté internationale ne comprenne pas les racines de ce conflit. L’envie d’agir augmente à Kigali.

Il est plus que significatif que le président rwandais passe plus d’une heure à transmettre son avis sur le désordre en RDC. Il n’a pas épargné ses paroles et n’a pas retenu de tirer un coup de feu bien mérité à travers l’étrave de la communauté internationale et du gouvernement congolais.

Cela montre que Kigali perd de plus en plus sa confiance en la fiabilité des dirigeants congolais. Les Rwandais en ont aussi assez d’être considérés comme coupables de la faillite militaire et politique totale de l’État congolais. Le Président Kagame a ouvertement accusé le président Tshisekedi d’utiliser cette stratégie pour pouvoir reporter les prochaines élections en RDC.

Le Président rwandais a répété que son pays faisait tout ce qui était en son pouvoir pour résoudre ce problème par la voie diplomatique. Mais en lisant son message entre les lignes, on ne peut que conclure que pour lui, une solution ne peut être trouvée que si les racines des problèmes seront abordées et si tous les protagonistes impliqués auront le droit de s’exprimer.

Pour lui, le cliché selon lequel le Rwanda veut contrôler le Kivu pour ses minéraux est également faux : il veut faire des affaires avec la RDC dans la transparence afin que les deux pays puissent en bénéficier.

Kigali considère l’opposition contre son gouvernement comme un bloc clairement défini d’extrémistes Hutus dans lequel les FDLR en RDC forment la branche militaire tandis que d’autres groupes en Europe et au Rwanda forment le soi-disant visage démocratique, même s`il est évident leurs liens avec leur passé génocidaire restent solides. Le fait que le gouvernement congolais ait inséré les FDLR dans ses rangs est une déchirure aux yeux du Président Rwandais et une provocation ouverte sur son pays.

Paul Kagame ajoute qu’il donne à ce lobby le droit de parler ouvertement au Rwanda via plusieurs membres de l’opposition (comme Ingabire Victoire Umuhoza) et que ce problème sera traité en conséquence, plus tard.

Il convient que l’intégrité territoriale du Congo doit être respectée, mais il a également ajouté que l’intégrité territoriale du Rwanda lui-même a été fréquemment violée dans un passé récent. Kagame s’attend clairement à plus de provocations, mais cette déclaration peut être interprétée comme l’un des derniers avertissements à ne pas franchir de nouveau la ligne de tolérance de Kigali.

L’attitude et les paroles de Kagame montrent clairement que son pays ne peut compter que sur lui-même pour défendre ses frontières, ses intérêts et son développement tandis que le monde extérieur continue de le qualifier, lui et son gouvernement, de dictatorial et criminel ; comme s’ils voulaient en faire une sorte de prophétie auto-réalisatrice.

Le fait que le président Paul Kagame ait hier abaissé son bouclier normalement très réservé montre clairement que Kigali a atteint son niveau de tolérance le plus élevé ; la réputation et la sécurité du Rwanda sont en jeu et ses dirigeants arrivent petit à petit à la conclusion qu’ils devront résoudre ce problème eux-mêmes.

Les Forces de la Défense Rwandaise sont omniprésentes du côté rwandais de la frontière et dépassent à plusieurs reprises les forces militaires de l’autre côté en matière de discipline, d’endurance au combat et d’équipement. Ça ne leur prendrait que quelques jours pour arranger les choses.

Rien ne sortira des pourparlers de paix de Nairobi si Kinshasa ne décide pas d’inviter également le M23. La Communauté Internationale a déjà mis sur les épaules du gouvernement rwandais toute la responsabilité du gâchis congolais. Cela étant évidemment une grosse erreur. La presse internationale suit largement ce récit et élargit ce cliché.

Le Rwanda n’est pas intéressé par une guerre, mais l’opinion publique du pays pousse le gouvernement à trouver une solution rapide et durable. Si cette solution est mise entre les mains d’un groupe de charlatans politiques à Kinshasa qui s’accusent déjà d’être trop tolérants envers les Rwandais et la communauté Tutsi au Congo, rien ne se passera non plus.

Le dénigrement et la haine des Tutsi sont devenus des outils politiques courants dans la capitale congolaise. Tous les faits et les accords précédents sont présents pour arrêter ce processus en cours mais si la voix politiquement correcte et le courage restent absents, le Congo sera condamné.

Auteur: MANZI
7

0 Commentaires

Laissez un commentaire

RwandaPodium © All Rights Reserved. Powered by thesublime.rw