L'Afrique que on veut

RDC - RWANDA : le M23 déclare ne pas « être engagé » sur un cessez-le-feu

Le porte-parole du mouvement rebelle congolais M23 a déclaré que l’arrêt des hostilités entre la RDC et le Rwanda « n’engage pas le M23 ». Il n’était pas représenté dans les discussions de Luanda.

Willy Ngoma, porte parole de M23 et ancien militaire attaché à la garde du feu Etienne Tshisekedi

Cet accord de « désescalade des hostilités » a été annoncé le 6 juillet par le président angolais à Luanda à l’issue d’un sommet entre les présidents congolais Félix Tshisekedi et rwandais Paul Kagame.

« Nous sommes des Congolais, pas des Rwandais. S’il y a un cessez-le-feu, cela ne peut être qu’entre nous et le gouvernement congolais », a indiqué Willy Ngoma, porte-parole du M23, mouvement dont la résurgence dans l’est de la RDC a provoqué les tensions actuelles entre la RDC et le Rwanda.

Selon des sources concordantes interrogées depuis Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, de nouveaux affrontements ont opposé ce 7 juillet, dans la matinée, les forces armées de RDC (FARDC) aux rebelles du M23, qui se sont emparés de Kanyabusoro, une localité du territoire de Rutshuru

« Nous sommes Congolais, nous n’avons rien à voir avec le Rwanda », selon Willy Ngoma, porte parole du M23.

Un commandant des FARDC a accusé les rebelles d’avoir attaqué les militaires qui se trouvaient là, en violation du cessez-le-feu annoncé la veille, ce que le M23 a démenti, accusant en retour l’armée de l’avoir attaqué.

« Processus de désescalade »

Le mot cessez-le-feu n’a pas été prononcé par les présidents rwandais et congolais. Le sommet a décidé d’un « processus de désescalade » entre Kigali et Kinshasa, a annoncé le 6 juillet la présidence de la RDC. Les deux parties se sont mises d’accord sur une « feuille de route » qui prévoit « la cessation immédiate des hostilités », ainsi que « le retrait immédiat et sans condition du M23 de ses positions en RDC ». C’est ce qu’avait précisé la présidence congolaise sur Twitter.

La médiation s’est tenue sous les auspices du président angolais Joao Lourenço qui a l’issue de la journée avait déclaré avoir « obtenu des résultats positifs (...) dans la mesure où nous nous sommes mis d’accord sur un cessez-le-feu ».

Une prochaine rencontre le 12 juillet

La « feuille de route » évoquée à l’issue des discussions sera « axée sur la relance de la commission mixte RDC-Rwanda qui ne s’était plus réunie depuis plusieurs années », indique encore la présidence congolaise.
Selon elle, « cette commission va tenir sa première rencontre le 12 juillet prochain à Luanda ».

La présidence assure également que cette feuille de route précise aussi que « toute exploitation des ressources naturelles » - sujet sensible dans l’est de la RDC très riche en minerais – « doit se faire dans le strict respect de la souveraineté des États ».

« Cette feuille de route n’engage pas le M23 »

« Cette feuille de route n’engage pas le M23 », a estimé Willy Ngoma, interrogé depuis Goma. « Nous sommes Congolais, nous n’avons rien à voir avec le Rwanda », a-t-il insisté, « on nous demande de quitter ici, mais pour aller où ? C’est impossible ».

Le M23, pour « Mouvement du 23 mars », est une ancienne rébellion vaincue en 2013, qui a repris les armes en fin d’année dernière, en reprochant à Kinshasa de ne pas avoir respecté des accords sur la démobilisation et réinsertion de ses combattants. Kinshasa accuse Kigali de soutenir cette rébellion, ce que le Rwanda conteste.

Auteur: MANZI
32

0 Commentaires

Laissez un commentaire

RwandaPodium © All Rights Reserved. Powered by thesublime.rw