L'Afrique que on veut

ROYAUME –UNI : Des détectives britanniques au Rwanda pour enquêter sur le génocide

Des détectives britanniques se rendent au Rwanda dans le cadre d’une enquête sur le génocide après la découverte de cinq suspects vivant au Royaume-Uni

Les cinq suspects sont : Celestin Mutabaruka, 63 ans, du Kent ; Vincent Brown, également connu sous le nom de Vincent Bajinya, 59 ans, d’Islington, au nord de Londres ; Célestin Ugirashebuja, 66 ans, d’Essex ; Charles Munyaneza, 61 ans, de Bedford ; et Emmanuel Nteziryayo, de Manchester, a rapporté le Daily Mirror.

Des détectives britanniques se préparent à se rendre au Rwanda, suite à une recommandation du Rwanda, et les officiers de Scotland Yard seraient en train d’interroger d’autres témoins.

On pense que les suspects de la participation au gééocide contre les Tutsi qui est à ’origine de plus d’un million de morts, principalement des Tutsis et certains Hutus, massacrés en 100 jours du gééocide et de nettoyage ethnique entre le 7 avril et juillet 1994.

Les suspects ont été interrogés volontairement par la police en 2020, et la police métropolitaine a recueilli des dizaines de déclarations de témoins de victimes des atrocités de 1994.

L’unité des crimes de guerre, qui fait partie du commandement antiterroriste, a reçu une saisine des autorités rwandaises en janvier de l’année dernière.

Le « Daily Miroir » a retrouvé les suspects en 2019, lorsque l’un d’eux, Celestin Mutabaruka, 67 ans, qui vit dans le Kent, a déclaré qu’il n’avait « rien à cacher et s’est félicité de la possibilité d’effacer son nom de ce crime ».

S’exprimant dans son appartement d’Islington, au nord de Londres, il a déclaré il y a deux ans : « Je ne suis pas un criminel et je n’ai jamais fait ces choses. »

Le deuxième suspect est Vincent Brown, également connu sous le nom de Vincent Bajinya, 59 ans, vivant à Islington, au nord de Londres, qui est un médecin de nationalité britannique et qui pour des raisons à desceller a préféré changé son nom de Bajinya en Brown.

Le troisième, Celestin Ugirashebuja, 66 ans, d’Essex 69, qui est maintenant soignant.

Le quatrième suspect est Charles Munyaneza, 61 ans, vivant à Bedford, et le cinquième Emmanuel Nteziryayo, qui vit maintenant à Manchester, a rapporté le « Daily Mirror ».

Les suspects ont été interrogés volontairement par la police en 2020, et la police métropolitaine a recueilli des dizaines de déclarations de témoins de victimes des atrocités de 1994

L’unité des crimes de guerre, qui fait partie du commandement antiterroriste, a reçu une saisine des autorités rwandaises en janvier de l’année dernière


Des restes humains de ce génocide contre les Tutsi, exposés dand un des Mémoriaux au Rwanda

Tous les cinq nient les allégations portées contre eux et leur implication dans le génocide.

À l’époque, les juges ont convenu qu’il existait un risque réel qu’ils se voient refuser un procès équitable s’ils étaient renvoyés. Ce qui était faux évidemment.

Un porte-parole de la police métropolitaine, parlant des cinq suspects, a déclaré : « La documentation pertinente à cela a été évaluée par l’unité des crimes de guerre et des officiers ont également été déployés au Rwanda dans le cadre de notre travail initial pour approfondir les allégations »,

La porte-parole a ajouté : « En conséquence, nous avons par la suite ouvert une enquête qui impliquera initialement un examen de tous les documents transférés du Rwanda ».

« Compte tenu des complexités impliquées, cela devrait être un long processus long. Les enquêtes se poursuivent.

Auteur: MANZI
8

0 Commentaires

Laissez un commentaire

RwandaPodium © All Rights Reserved. Powered by thesublime.rw